galop3

9-v8j.gif

Galop 3

Résumé

- En équitation : 

     Tu dois savoir évoluer seul(e) au pas, au trot et au galop, donc faire un parcours seul(e) à n'importe quelle allure . Bien sûr, à ton niveau, trotter sur le bon pied est indispensable . Tu dois aussi être capable de trotter assis sans rebondir comme une balle de ping pong ! Au niveau du galop, tu dois être capable de tenir en équilibre, de galoper sur le bon pied, et de galoper assis . Du point de vue de l'obstacle, tu dois savoir franchir des obstacles fixes, ainsi que des obstacles mobiles . Enfin, en extérieur, tu dois t'équilibrer sur des terrains variés .

- Les soins

     Tu dois savoir curer les pieds, mais surtout savoir pourquoi !, vérifier que le cheval n'est pas blessé, graisser la corne, savoir quelles précautions prendre après le travail, doucher le cheval, connaitre les instruments nécéssaires pour entretenir les boxes ainsi que l'entretenir et enfin reconnaitre les différentes muserolles .

- Les connaissances

     Tu dois connaitre les différentes parties du fer, faire la différece entre les fers antérieurs et les fers postérieurs, le droit et le gauche, décrire la tête et les membres ainsi que le pied, et faire la différence entre les allures .

  

L'équitation :

I- Les aides

Aides naturelles / aides artificielles

Les aides sont le moyen dont dispose le cavalier pour communiquer avec sa monture .

- Les aides naturelles sont les jambes, les mains, le poids du corps et la voix .

- Les aides artificielles sont les cravaches, les éperons, les chambrières .

L'emploi des aides

Les aides peuvent :

agir : pour communiquer une demande

résister : pour prolonger ou renforcer une demande

céder : pour arrêter d'agir ou de résister

Les notions de contact

Ce contact permet au cavalier de communiquer avec sa monture, en percevant ses réactions et en tenant compte pour se faire obéir . Ce contact s'établit avec :

- le poids du corps avec le dos du cheval

- les mains avec les rênes

- les jambes avec les côtes et le ventre

II- Le pas

Evoluer seul

Au niveau galop 3, il faut être capable de diriger sa monture individuellement . Les difficultés rencontrées sont :

- le cheval ne veut pas se séparer des autres

- il ne veut pas garder l'allure voulue et cherche à quitter la piste

Parcours individuel

Pour effectuer un parcours individuellement :

- chausser les étriers, corriger sa position et ajuster ses rênes

- agir progressivement avec ses jambes car le cheval ne voudra pas se séparer de ses camarades

- se diriger vers l'endroit voulu en insistant avec ses jambes

- garder se rênes ajustées afin qu'il se sente guidé

III- Le trot

Evoluer seul

Même chose que pour le pas .

Conduire sur des courbes serrées

Pour conduire sur des courbes serrées, il faut commencer par ralentir puis agir avec des aides beaucoup plus marquées et plus précises que pour le tourner large .

IV- Le galop

Rechercher son équilibre assis

Le buste droit, les épaules en arrières, en suivant le mouvement de bascule par le jeu de ses reins et de son dos . L'assiète pousse le mouvement du dos du cheval . Il faut accompagner l'encolure avec ses mains .

Evoluer seul

Comme aux autres allures, pour galoper seul, il faut :

- maintenir le galop

- assurer la conduite avec ses mains

- garantir son propre équilibre et son aisance

V- Rechercher son équilibre sur des sauts isolés et sur des terrains variés

Les obstacles

Les cavalettis sont des petits obstacles pour apprendre au cavalier à sauter . Leur hauteur ne dépasse pas 50cm .

Les obstacles mobiles de concours sont faits de barres qui tombent en cas de choc .

Les obstacles fixes sont impostants : troncs, stères ...

S'équilibrer en terrain varié

Dans les montées : se mettre en équilibre

Dans les descentes : ralentir, redresser le buste, se mettre en appui sur les étriers et laisser le cheval regarder là où il marche en relâchant un peu les rênes .

VI- Se préparer à l'abord et à la réception de l'obstacle

Contrôler l'allure

Les jambes doivent rester vigilentes au contact, et entretiennent l'impulsion .

Garder les mains au contact, prêtes à résister si le cheval accélère .

Conduire

Ne jamais laisser un cheval zigzaguer . Il doit être encadré avec des rênes bien ajustées et des jambes au contact pour conserver son impulsion et lui manifester son autorité .

Aborder l'obstacle au milieu et perpendiculairement, car en sautant en biais, le cheval peut dérober .

 

Les soins

I- Inspection et soins aux pieds

Inspection

Il faut curer les pieds avant et après le travail pour quatre raisons :

- dégager les lacunes,

- nettoyer la sole et s'assurer qu'il n'y a ni bleimes, ni blessures,

- s'assurer que les fers ne sont pas trop usés et qu'ils sont solidment fixés au sabot

- vérifier l'état de la corne, s'assurer que le pied n'est pas blessé et qu'il est froid .

Soins

Une à deux fois par semaine, il faut graisser la corne afin de conserver toute sa souplesse . Passer l'onguent de pieds sur la corne et la sole . Il est préférable de graisser au retour du travail pour que les frottement n'enlèvent pas la graisse .

II- Membres et pieds

Vérification

     En brossant le membre dans toute sa longueur, passe la main sur les genous, les jarrets, les boulets et les tendons pour détecter éventuellement une chaleur anormale, un gonflement, ou une sensibilité inhabituelle . Vérifier également que les plis du paturon ne forment pas de crevasse .

Soins

     Au retour du travail, doucher les membres . Sécher ensuite les plis du paturon pour éviter les crevasses .

III- Reste du corps qui peut être blessé par le harnachement

     - Les parties du la tête en contact avec les montants du bridon, avec les muserolles et le mors ;

     - Les parties du corps en contact avec la selle, particulièrement le garrot ;

     - La partie située sous le passage de sangle ;

     - Des éperons ont pu blesser les flancs .

 

IV- Précautions à prendre après le travail

- Si le cheval a été monté longtemps, ne pas le desseller tout de suite pour éviter la formation d'une gonfle . Après avoir dessangler de deux trous et marcher quelques temps, on peut bouchonner pour réactiver la circulation du sang .

- Ne pas laisser le cheval sous la pluie ou dans le vent : lui mettre une couverture !

- S'il est mouillé, le bouchonner longuement avec une poignée de paille fraiche .

- Ne jamais le laisser boire d'un seul trait, mais en plusieurs fois .

- Lorsque le temps le permet, le doucher et essorer son poil avec un couteau de chaleur .

V- Entretien de la litière

Comment ?

     Chaque matin, il faut retirer les crottins et enlever la paille souillée . Remettre de la paille fraiche en disposant un bourrelet le long des murs (pailler en bateau) .

     Le soir, enlever les crottins ou les mettre dans un coin, et pailler en bateau avec de la paille propre .

     Une fois par semaine, curer le boxe à fond; gratter le fumier collé et laver éventuellement le sol en le désinfectant .

Outils

- La fourche qui sert à manier la paille et le fumier .

- La raclette qui sert à gratter le sol du boxe .

- Le balai ou le rateau à paille qui nettoie les allées .

- La brouette qui sert à transporter la paille et le fumier .

Ajustage du filet

Les montants

     Le réglage est correct lorsque le mors est en contact avec la commissures des lèvres .

La sous-gorge

     Elle est bouclée en laissant la valeur d'un poing entre elle et la gorge .

Le frontal

Il ne se règle pas mais ne doit ni bailler, ni comprimer .

Le mors du filet

     Il ne se règle pas mais sa taille est correcte lorsque dépassent quelques millimètres chaque côtés .

La muserolle

Elle sert à limiter l'ouverture de la bouche .

- La muserolle française prend place à deux doigts des apophyses zygomatiques . Elle ne doit pas serrer .

- La muserolle allemande se boucle en avant du mors . Elle maintient la bouche fermée sans la cmprimer .

- La muserolle combinée est bouclée de part et d'autre du mors sans comprimer la bouhe .

 

Connaissances

I- Description du fer

     Le fer présente deux branches : une interne et une externe . Chaque branche est divisée en rive interne et rive externe . La distance entre chaque rive s'appelle la couverture .

     Le fer a deux faces : supérieure en contact avec le sabot et une inférieure en contact avec le sol . Les trous de la face supérieure s'appelle des contre-perçures . A la face inférieure, les étampures reçoivent les têtes de clous . Une branche de fer est étampée à gras lorsque les étampures sont éloignées de la rive externe . Dans le cas contraire, elle est étampée à maigre . L'épaisseur du fer est comprise entre les deux faces .

     Le pinçon ets un petit triangle de métal qui renforce la tenue du fer .

Fer droit et fer gauche

- La pointure est généralement marquée à l'extrêmité de la branche externe .

- La branche externe est plus arrondie que la branche interne .

- La branche externe est plus étampée à gras que l'autre .

Fer antérieur et fer postérieur

- Le fer antérieur n'a qu'un pinçon au milieu, alors que le postérieur en a deux sur les côtés .

- Le fer antérieur est plus arrondie alors que le fer postérieur est plus oval .

II- Comment apprécier l'état de la ferrure ?

Tenue du fer

     Sonne le fer en le frappant avec un cure-pied : toute vibration est suspecte . S'assurer que le fer ne bouge pas . Vérifier que les têtes de clous n'ont pas traversé le fer et que les rivets et les pinçons sont solidement abbatus .

Usure du fer

     Pour chaque fer, rechercher la zone la plus usée : c'est là que le fer va lâcher . Les antérieurs s'usent en priorité aux pinces .

Pousse de la corne

     La corne protégée par le fer continue à pousser . Les sabots ont tendance à s'allonger ce qui fatigue les tendons . L'excès de corne d'un pied trop long peut dépasser inégalement sur les côtés du fer, ce qui nuit à l'applomb . La corne pousse à temps chauds et par travail régulier . Le cheval doit être referré toute les quatre à six semaines .

III- Description de la tête et des membres

Le pied

Le sabot est une enveloppe de corne insensible qui protège les chairs vives du pied .

- LA PAROI ou muraille est la partie visible du sabot lorsque le pied est posé . La corne pousse à partir du bourrelet principal tout autour de la couronne (environ un centimètre par mois) . La paroi est divisée en quatre régions : pince, mamelle, quartiers et talons .

- LE BOURRELET PERIOPLIQUE est une bande située au dessus de la paroi . Il sécrète un vernis qui protège la corne de déssèchement et de l'excès d'humidité . Il est sur la partie supréieure du sabot .

- LA FACE PLANTAIRE est située sous le pied . Elle comprend : la sole (en forme de voûte, constituée de corne flexible moins dure que la paroi), la fourchette (entre les barres, qui se prolonge par les glômes), les lacunes latérales (vides latéraux) et les lacunes médiane (creux du milieu) .

Le mécanisme du pied :

- Les talons et la fourchette s'écartent lorsque le pied se pose : c'est le mécanisme d'amortissement du pied .

- La ligne d'union entre la sole et la paroi se nomme le sillon circulaire ou la ligne blanche .

La tête

 

III- Notion sur les allures

     Le cheval dispose de trois allures naturelles : le pas, le trot et le galop . Une allure est dite marchée lorsqu'au moins un des membres est à l'appui . Elle est dite sautée dans le cas contraire . Une allure est symétrique lorsque les mouvements de ses membres gauches sont les mêmes que le côté droit . On nomme bipède l'association de deux pieds .

Le pas

C'est l'allure la plus lente : environ 6à 7 km/h . Le pas est une allure marchée, symétrique à quatre temps égaux .


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site